C’est dimanche en début d’après midi que nous arrivons enfin à Hoi An petite ville du centre du Vietnam où nous ferons une halte de 2 jours. Hoi An se démarque des autres villes du Vietnam par son architecture de style colonial (de nombreux occidentaux y tenaient des comptoirs commerciaux). Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1999, la ville a ainsi pu garder une certaine cohérence architecturale : des bâtiments d’un ou deux étages maximum de tons pastel avec de beaux comptoirs donnant directement sur les rues, comble du luxe une majeur partie du centre ville et interdite aux véhicules motorisés (ça n’a pas l’air comme ça mais pouvoir se balader dans la rue sans avoir à regarder 15 fois avant de traverser ni se faire agresser par le bruits des klaxons c’est un vrai bonheur !). Je ne vous cache pas que, revers de la médaille, la ville reste très touristique : les boutiques de souvenirs et tailleurs sont présents à chaque coins de rue et les marchand n’hésitent pas à vous solliciter pour tenter de vous refourguer costumes jaunes moutarde du plus bel effet, collection de colliers en fausse perle, etc… à des prix défiant toute concurrence. Ceci dit, depuis SAPA nous sommes immunisé contre ce genre de sollicitation. Et la ville avec ses airs de village portuaire du sud de la France à vraiment beaucoup de charme.

h

h (1)

h (2)

h (3)

h (4)

h (5)

 

Bref, Après avoir investit notre hôtel (avec piscine s’il vous plait !) nous nous dirigeons vers le centre ville pour l’achat des fameux billets permettant de visiter la ville, 5 entrée qui vous donne le droit de visiter au choix : musée, pagode, maisons communes chinoises ou vieille maisons de Hoi An (qui sont toujours habitées !), le choix est rude. Nous débutons donc par le musée de la céramique (plus pour intérêt pour la maison, entièrement revêtue de bois noir, dans lequel il se trouve que par intérêt pour la vaisselle ancienne qui y est entreposée).

h (6)

h (7)

 

Nous poursuivons la visite avec la maison commune chinoise de la congrégation Fujian et le temple Quan cong (magma de bonsaïs, statuettes, bâtonnets d’encens et dorures dans le plus pur style bling bling chinois, la déco intérieure à du leurs couter une fortune…). Et terminons les visites par la visite d’une des maisons de la vieille ville (maison Tan Ky) où nous apprenons que les crues de fleuves bordant Hoi An peuvent atteindre des niveaux records (plus de 2 m de la hauteur de la maison fut submergée en 2007 !).

h (8)

h (9)

h (10)

h (12)

h (11)

h (13)

h (14)

 

Après une après midi à gambader, direction l’hôtel pour profiter de la piscine et du cocktail gratuit (goût concombre, tomate, orange, pas fameux…).

IMG_0199

h (15)

 

Par pur hasard nous avons eu la chance d’arriver à Hoi An au moment de la pleine lune, à cette occasion des animations ont lieu dans la ville et la ville est décorée de centaines de centaines lanternes en soie de couleurs différentes, la ville est encore plus belle que de jour.

h (16)

h (17)

h (18)

 

Le lendemain après avoir utilisé notre dernier billet pour visiter une de vieille maison de Hoi An, nous nous dirigeons vers la plage à 4km de la ville histoire de prendre quelques couleurs, il faut dire qu’avec la saison des pluies sévissant dans le nord du pays on était encore un peu palot, c’est maintenant corrigé : ici malgré la crème solaire, le soleil tape fort et nous avons tous pris une belle teinte rouge écrevisse (je sens que le tube de biafine risque de ne pas faire long feu…).

h (19)

h (20)

h (21)

h (22)

 

7h du soir le lundi après un Cao lau dégusté sur la rive du fleuve d’Hoi An (le Cao Lau est un plat local composé de bouillon, de viande de porc,  de nouille faite à partir de l’eau du puits, de salade et de crouton, peu cher et gouteux, il surpasse à mon goût le Pho) nous quittons la ville en direction de Nha Trang. Deux jours c’est court…

h (23)

h (24)

 

 

 

Thomas